Les Fangs

Gardien Byeri Fang

1014A08

Utilisé

Gardien Byeri Fang Mvaï. Mesures photo 6.

Plus de détails

148,00 € TTC

En savoir plus

Gardien Byeri Fang Mvaé ou Mvaï, du Sud Cameroun, et du Nord du Gabon. Belle patine brun rouge foncée. Visage, coiffe et mains sont caractéristiques de cet art statuaire. Quelques traces d’usage et de petits xylophages. Petites fentes d’âges. Cassure ancienne au pied droit (photo 2). 48 cm de hauteur.

Fang est un nom donné par les Occidentaux à des groupes qui se répartissent sur les territoires du Cameroun, de la Guinée Equatoriale et du Gabon.
Cette appellation recouvre des sous-groupes différents parmi lesquels on pourrait englober les Bulu et Mabea à la fontière sud du Cameroun, les Mvaï et Ntumu au Nord du Gabon, les Okak et les Mvaï encore à la frontière de la Guinée-Equatoriale, les Betsi sur le moyen Ogooué…

Les Mavaï vivent principalement au Cameroun. Ils sont d’origine Beti.
Mvaé signifie Beti dans plusieurs dialectes, ce qui veut dire : sans problème, c’est bon.
L’ancêtre des Mvaï est né de l’union de deux enfants d’Afiri Kara, ancêtre légendaire des Ntumu, Fang, Okak…
Quand l’entourage connut que la fille était enceinte, Tout le monde pensa qu’elle, ainsi que le jeune homme, serait mis à mort. Ors, elle enfanta sans qu’il y eu de problème.
Comme c’était la coutume, en Afrique, on donna à l’enfant le nom de la circonstance. Le père s’écria, « e boya mvae ! » Ce qui veut dire sans problème, c’est bon.
C’est ainsi que le Premier Mvaï, fondateur du Peuple du même nom, porta ce nom.
Jadis, le culte le plus répandu chez était celui des ancêtres, c’est le Bieri.
Il était pour les Fang le garant du monde vivant. Il favorisait toutes ses entreprises. Il rendait les femmes fécondes, donnait la richesse, assurait le succès des expéditions guerrières, de la chasse, protégeait les guerriers, veillait sur les individus. Cette société était inconcevable sans le Bieri.