CAMEROUN

Le Cameroun La République du Cameroun est située entre le Nigeria, le Tchad, la République centrafricaine, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République du Congo et le golfe de Guinée. L'ancien territoire sous administration française accéda à l’indépendance sous l’appellation de République du Cameroun le 1er janvier 1960. Il est rejoint par un...

Le Cameroun La République du Cameroun est située entre le Nigeria, le Tchad, la République centrafricaine, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République du Congo et le golfe de Guinée. L'ancien territoire sous administration française accéda à l’indépendance sous l’appellation de République du Cameroun le 1er janvier 1960. Il est rejoint par une partie du territoire sous administration britannique (Cameroons) en 1961 pour former la République fédérale du Cameroun, puis République du Cameroun depuis 1984. Avant la période coloniale au XIXe siècle, les habitants présentaient différentes formes d'organisation sociale allant de royaumes structurés à des ethnies nomades. ArtAfrica, membre de l’ABAP, gère une exposition arts africains de plus de 600 objets à Pézenas 34 (Hérault).

Détails

CAMEROUN Il n'y a aucun produit dans cette catégorie.

Sous-catégories

  • Bamiléké et Bamoun

    Les Bamiléké vivent dans l’Ouest du Cameroun. Ils descendent des Baladis partis de l'Égypte au IXe siècle et arrivent en région Tikar vers le milieu du XIIe siècle. Vers 1360, à la mort du roi Ndéh, leur dernier souverain unique, les Bamiléké se divisent. Yendé, premier prince, refuse le trône et traverse le Noun pour fonder Bafoussam. Sa sœur ira vers la région de Banso (il existe près d'une trentaine de villages Bamiléké dans le Nord-Ouest anglophone). Vingt ans plus tard, Ncharé, le cadet, descend dans la plaine du Noun pour fonder le pays Bamoun. Quasiment tous les autres groupements Bamiléké nés entre le XVe siècle et le XXe siècle sont issus de Bafoussam. Les Bamilékés sont organisés en chefferies. Le premier chef serait venu de Bamoun. Leur culture est caractérisée par des rites - musiques folkloriques traditionnelles, danses traditionnelles et diverses coutumes, pratiqués à l'aide de nombreux outils, dont le dedam jujube, le nduq-nka, le vin de rafia, la kola, le fiekak ou arbre de paix, le double-gong ou tam-tam, la queue de cheval, le nji ndo. En pays Bamiléké, on employait des perles étirées granulaires - Foutomtcha, pour l’ornementation des calebasses rituelles, des cagoules et surtout les objets sculptés tels que les sièges d’apparat et les statues commémoratives ou encore leurs fameux masques éléphants. Ces perles étaient faites en verre opaque, leur petite taille permettait de suivre facilement les contours des sculptures ; elles étaient enfilées en longues rangées sur une toile de base. ArtAfrica, membre de l’association des antiquaires de Pézenas, gère une importante exposition d’arts africains et arts premiers. Entrée libre.

  • Autres Ethnies du...

    Autres Ethnies du Cameroun. Des poupées africaines, des masques, statuettes et fétiches africains d'origines diverses, mais tous du Cameroun. Artafrica arts africains, membre de l’association des antiquaires de Pézenas, gère une exposition d’arts africains de plus de 600 objets, masques africains, maternité, reliquaires, fétiches et autres.

  • Les Bulu

    Les Bulu habitent au Sud du Cameroun, à cheval sur la frontière avec le Gabon ; ils font partie de la famille des Fang. Ils pratiquent le N’Gil, un rituel de la société du même nom, N’Gil signifiant "le gorille". Ce rituel a pour but, entre autre, de lutter contre la sorcellerie. Le mot Bulu est utilisé pour désigner aussi bien les habitants que la langue de la région Sud du Cameroun. Le Clan (ayoñ), est l’élément de référence, le fondement de l’organisation sociale. Le clan renvoie au lien sacré du sang, qu'il ne fallait en aucun cas transcender. Les mariages entre personnes de même clan sont formellement interdits. Des Bulu, nous connaissons surtout les fétiches africains du N’Gil. ArtAfrica, membre de l’association des antiquaires de Pézenas, gère une importante exposition d’arts africains et arts premiers. Entrée libre.

  • Les Fali

    Les Fali vivent aujourd’hui au nord du Cameroun proche de la frontière du Nigeria. Dans la région montagneuse de la Bénué (des étendues de rocher et de quelques espaces de végétation d’épineux). Les ethnologues ont du mal à situer les origines exactes de ce peuple. Une hypothèse tangible les place au Nigeria, aux « FALI MOUNTAINS » d’où le nom du groupe Les Fali sont réputés pour la fabrication des poupées perlées sur une âme en bois ou encore les poupées en sac de ficelle et/ou de cuir. La poupée présentée ici en est un bel exemple. Au Cameroun, quand un jeune homme Fali se fiance, il fabrique une poupée en bois (ham pilu) et la décore de cheveux, de perles et de petits objets. Il le donne alors à sa fiancée, qui le porte dans un porte bébé dorsal. La poupée est le symbole de leur obligation de mariage et représente leur enfant à venir. L'homme donne à sa poupée le sexe qu'il désire pour son premier-né. La jeune femme prend alors soins de la poupée jusqu'à la naissance de l'enfant désiré. Une fois l'enfant né, la poupée est soigneusement mise de côté. Source : ‘’Isn't shee a doll’’ (1996) by Elisabeth Cameron Les Fali vivent aujourd’hui au nord du Cameroun proche de la frontière du Nigeria. Dans la région montagneuse de la Bénué (des étendues de rocher et de quelques espaces de végétation d’épineux). Les ethnologues ont du mal à situer les origines exactes de ce peuple. Une hypothèse tangible les place au Nigeria, aux « FALI MOUNTAINS » d’où le nom du groupe artsfrica exposition d'arts africains, arts premiers et artisanat d'Afrique

  • Les Mambila

    Les Mambila habitent un petit territoire de 125 km de longueur sur 50 km de largeur environ. La plupart occupent le plateau Mambila qui est bordé, côté Nigéria et côté Cameroun, par des falaises abruptes, ce qui explique l'isolement de cette ethnie jusqu'à ces dernières années. Environ 10 000 personnes se trouvent dans les plaines au Sud du plateau. Du point de vue politique, une partie est située dans les montagnes Est du côté du Nigéria, Etat Nord-Est, l'autre partie est située dans les plaines du côté du Cameroun. Le centre traditionnel des Mambila est le village de Mbamga, mais il y a d'autres centres importants au Nigéria, notamment Gembu (le centre administratif) et Kabri. Il n’existe ni roi, ni pouvoir centralisé chez les Mambila. Le chef du village est responsable des bonnes relations à l’intérieur de la communauté. Une association y contribue aussi en étant chargée de dénouer les conflits et de nouer des alliances. Chaque famille habitait sur un terrain construit de 3 ou 4 huttes, protégé par une palissade. Elles vivaient regroupées souvent au sommet d’une colline sous l’autorité du chef de village. Les Mambila croyaient en un dieu créateur mais ne rendaient culte qu’à leurs ancêtres. Autrefois, l'ethnie des mambila était groupée autour de la rivière Donga et de ses affluents au Nigéria. Au XIXème siècle les Peul arrivèrent, établirent leurs chefferies dans certains villages et repoussèrent les Mambila vers le Sud. Vers 1900, partant des régions de Mbamga et de Kabri, ceux-ci se mirent à la recherche de meilleures plantations et réussirent à repousser le peuple Tikar vers l'intérieur du Cameroun. Les statues d’ancêtres étaient constituées de morceaux de bois attachés ensemble, ou de forme humaine. Les ancêtres étaient responsables de la prospérité de la tribu. Ces statues sont debout sur de courtes jambes pliées avec une grande tête, parfois coiffées de petits tenons en bois.

  • Art africain Pygmées

    Premiers habitants de la forêt camerounaise, les Pygmées constituent une minorité totalement marginalisée, tant sur le plan socia, qu'économique ou politique. La plupart des études anthropologiques font mention de trois groupes ethniques Pygmées au Cameroun : les Baka, dans la province de l’Est et du Sud. C'est le groupe Pygmée le plus important, il regroupe environ 40 000 individus. Les Bakola, dans la province de l’Océan, zone géographique de toute la région comprise de la bande forestière du littoral jusqu’à la frontière. Les Bagyel, dans le Sud-Ouest du Cameroun, près de la côte Atlantique. Bien qu’étant de souche Bakola, les Bagyeli se nomment eux-mêmes ainsi. Cette appellation est donc respectée au Cameroun. Les Bakola et les Bagyeli forment un groupe évalué à 3 000 membres. Les Medzam dans la plaine Tikar, province du Centre. Minoritaire, leur groupe n'est constitué que de 1 000 personnes environ. Les Pygmées ont longtemps vécu sans aucun contact avec l’extérieur, vivant entre eux et protégés par la forêt, qui était à la fois leur habitat, leur mère spirituelle et leur source d’alimentation. Or, depuis une quarantaine d’année, une exploitation forestière intense a été mise en place dans la région de Bipindi, s’enfonçant de plus en plus profondément dans la forêt. Cette exploitation forestière industrielle est une menace pour la vie et la survie de la population pygmée. (Source : Le fondaf) ArtAfrica, membre de l’association des antiquaires de Pézenas, gère une importante exposition d’arts africains et arts premiers. Entrée libre.