Les Dan Kran Mahou

Cuillère Dan de récompense

DACUI

Utilisé

Cuillère  Dan de récompense qui était offerte à une femme reconnue pour ses mérites. Traces d'utilisation, de xylophages et cassure, visibles sur le photos. Bois dur et dense et clous. Longueur 45 cm.

Plus de détails

120,00 € TTC

En savoir plus

Présentes dès la Renaissance dans les cabinets de curiosité, les cuillères font partie des premiers objets importés d’Afrique en Europe, dès le XVème siècle. La cuillère, alors considérée comme un attribut royal est un objet de prestige utilisé exclusivement par l’aristocratie l’africaine. En Côte d’Ivoire, en pays Dan, elle fait l’objet d’une grande créativité de la part des sculpteurs. La cuillère a différents usages, et différentes appellations selon son usage.

Les cuillères Dan sont de trois types :

« Mia na », petites cuillères de formes géométriques simples, utilisées par les personnes âgées pour se nourrir.

« Ya bo sie mia », cuillère de la femme principale du foyer, qui s’en sert pour préparer la nourriture.

« Wa ke mia », celle qui nous semble la plus intéressante dans la mesure où elle perd totalement sa valeur d’usage à des fins de prestige. La « Wa ke mia » est la grande cuillère cérémonielle qui appartient aux femmes les plus hospitalières de la tribu, les « Wunkirle » ou « Wakede ».

Femme mariée et très respectée, la « Wunkirle » est aussi une agricultrice remarquable capable de produire de quoi nourrir sa famille et de distribuer le surplus généreusement. Les productions matérielles des Dan, notamment au travers de leurs cuillères, montrent l'importance de la différenciation sexuelle des taches, à travers l'activité exclusivement féminine de préparation des banquets. Tout comme le cimier Tyiwara chez, entre autres, les Bambara, récompense l'agriculteur le plus productif, la cuillère Dan récompense la préparatrice de banquets la plus méritante. C'est donc un objet qui célèbre son possesseur et, lorsqu'il est magnifié par une figure humaine ou animale, est rare et précieux.

La « Wunkirle » prépare les festins, spécialement lors de rites de passage ou d’initiations. Elle est aidée par un esprit que contient la cuillère qui en est la matérialisation. Les histoires mythiques qui accompagnent cette matérialisation de la cuillère en tant que réceptacle d’un esprit sont nombreuses et justifient le respect que l’on porte à la fois à la détentrice de l’objet et à l’objet lui-même. L’une de ces histoires indique par exemple qu’un matin, une cuillère avait de façon inexplicable perdu l’extrémité de sa poignée. Il était dit qu’un soir, la cuillère avait participé à une rencontre des esprits des cuillères et avait eu une telle bagarre avec une autre cuillère qu’elle en avait perdu le haut de sa poignée.

Les Dan procèdent donc à une forme animiste élaborée qui intègre la présence d’un esprit dans du bois sculpté. C’est la raison pour laquelle on retrouve souvent des formes anthropomorphes ou zoomorphes.

La tâche de la femme se manifeste par la représentation d'un personnage, humain ou animal, comme partie prenante du récipient. Et c'est sous la forme de synecdoque que l'on retrouve souvent des traits féminins ou animaux entourant le cuilleron.