REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

République Démocratique du Congo La République démocratique du Congo est le troisième plus vaste pays d'Afrique derrière le Soudan et l'Algérie et le plus peuplé d'Afrique centrale. Le pays est appelé plus simplement Congo mais aussi « Congo-Kinshasa » pour le différencier de la République du Congo voisine, elle-même appelée « Congo-Brazzaville ...

République Démocratique du Congo La République démocratique du Congo est le troisième plus vaste pays d'Afrique derrière le Soudan et l'Algérie et le plus peuplé d'Afrique centrale. Le pays est appelé plus simplement Congo mais aussi « Congo-Kinshasa » pour le différencier de la République du Congo voisine, elle-même appelée « Congo-Brazzaville » pour les mêmes raisons. De 1908 à 1960, cette ancienne colonie était appelée Congo belge mais aussi « Congo-Léopoldville » jusqu'en 1966, date à laquelle la capitale est devenue Kinshasa. Le pays s'est appelé Zaïre de 1971 à 1997. C'est le pays le plus peuplé de la francophonie avec une population estimée à plus de 68 Le pays partage ses frontières avec l’enclave de Cabinda (Angola) et la République du Congo à l’ouest, la République centrafricaine et le Soudan au nord, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie à l’est, la Zambie et l’Angola au sud. Source Wikipedia, lire la suite : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9publique_d%C3%A9mocratique_du_Congo Art Premiers Kongo, arts du Congo, fétiches Congo, masques et objets de rituel du Zaïre. Nous retrouvons ces appellations dans les questions que nous posent certaines personnes qui viennent voir l’exposition d’arts africains de Pézenas. Le Kongo, ou plutôt, le Royaume Kongo, serait meilleure nom, s’étendait d’un bout de l’Afrique à l’autre, d’Est en Ouest… Bien avant la colonisation, bien avant le partage de l’Afrique à la conférence de Berlin…. Lire sur le sujet, l’Afrique pré coloniale de Cheick Anta Diop. ArtAfrica arts africains est membre de l’association des antiquaires de Pézenas.

Détails

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Il n'y a aucun produit dans cette catégorie.

Sous-catégories

  • Le Royaume Kuba

    Le Royaume Kuba, ou la confédération Kuba, était une entité étatique et politique, regroupant près de 20 peuples bantous, qui se développa à partir de différent états bantous Le royaume se situe dans le Zaire (RDC - Kongo), Kasaï-Occidental et le Sankourou. L'art Kuba est d'abord un art Royal et aristocratique. Les Ba-Kuba ont réuni le royaume durant le XVIIe siècle. La légende raconte que c'est leur héros "Woot" qui est fondateur du Royaume. Il se réincarne dans le corps de ses souverains successeurs. Il est censé vivre 121 ans. Le 93 e souverain "Shamba Bolongolongo" apprit les techniques de tissages raphia et la sculpture sur bois avec les peuples voisins avant son accès au trône. Il transmit son art à son peuple et demanda à un artiste renommé de faire une statue de lui pour qu'on se souvint de lui et de ses lois. Le statue (18e siècle) est considérée comme la première de l'art Kuba. Le Roi Kata Mbula (cent neuvième dynastie, début 19e siècle) : statue au Musée royal de l’Afrique centrale. Le Roi Mikopé Mbula : 110e Roi. Ses statues évoquent sa majesté Royale mais pas une représentation exacte de son image. Source : Wikipedia Artafrica arts africains, membre de l’association des antiquaires de Pézenas, gère une exposition d’arts africains de plus de 600 objets, masques africains, maternité, reliquaires, fétiches et autres.

  • Léga statuettes et...

    Le Peuple Lega est un Peuple forestier. Les Lega quittèrent la région du Nil Blanc, Nord-Est de R.D.C et Nord-Ouest de l’Ouganda, au XVIème siècle, pour venir s’installer à l’est du fleuve Lwalaba, sur les monts Mitumba dans les provinces du Nord Kivu, du Sud Kivu et du Maniema, en République Démocratique du Congo.

  • Les Boa

    Les Boa sont voisins des Mangbetu et des Zandé, ils vivent au nord de la R.D.C. Les Boa sont connus principalement pour leurs masques, utilisés dans les cérémonies liées à la guerre ou à la chasse. Il semblerait qu’ils appartiennent à des guerriers ou à des membres d’associations ‘secrètes’ (peut-être, les deux réunis). Ces masques africains ont pour but d’exalter le courage des guerriers (bouche ouverte et dents apparentes doivent inspirer la crainte). En d’autres occasions, ils servent à fêter les victoires. Artafrica arts africains, membre de l’association des antiquaires de Pézenas, gère une exposition d’arts africains de plus de 600 objets, masques africains, maternité, reliquaires, fétiches et autres.

  • Les Kongo ou Bakongo

    Les Kongo ou Bakongo qui est le pluriel de N’Kongo en kikongo sont établis sur la côte atlantique de l'Afrique, de Pointe-Noire au nord (République du Congo) à Luanda (Angola) au sud et jusque dans la province du Bandundu (République démocratique du Congo) à l'est. Ils parlent des langues du kikongo, et kituba, le Créole kikongo. Les Bakongo sont matriarcaux. C'est-à-dire que les enfants issus d'un mariage appartiennent dans la famille de la mère. Les Bakongo accordent de l'importance au mariage Tout comme les Yombé, ils sont bien connus pour leurs fétiches à clous. Artafrica arts africains, membre de l’association des antiquaires de Pézenas, gère une exposition d’arts africains de plus de 600 objets, masques africains, maternité, reliquaires, fétiches et autres.

  • Les Mangbetu

    Les Mangbetu (ou Medje, Makere, Mangbele) sont un peuple nilo-soudanais, originaire de l'ancienne Nubie qui vivent dans le nord-est de la République démocratique du Congo, dans la Province Orientale. Certains Mangbetu vivent aussi en Ouganda. Au début du XIXe siècle, le royaume Mangbetu fut bâti. Son fondateur était Nabiembali. Ils sont réputés comme d'excellents forgerons et sculpteurs, il pratiquent aussi la poterie et la vannerie. L'art Mangbetu est très développé, en particulier les figures en bois, aux nombreuses scarifications. Leurs masques africains Magbetu sont plus rares. Il existe, chez ce peuple, un art de cour d’une grande beauté. C'est le doyen qui représente le chef de la communauté. Les communautés villageoises qui constituent la provinces sont soumises à un chef de province, lui-même soumis au roi. Les Mangbetu étaient connus pour la pratique de la déformation du crâne. Ils enveloppent la tête du bébé dans des cordelettes, avant la consolidation des os, pendant une année, leur donnant ainsi un crâne très allongé, signe de beauté et d'intelligence. L'origine de cette pratique remonte à l'Égypte antique, tout comme la célèbre harpe mangbetu. Source : Wikipedia Artafrica arts africains, membre de l’association des antiquaires de Pézenas, gère une exposition d’arts africains de plus de 600 objets, masques africains, maternité, reliquaires,

  • Les Pendé

    Les Pendé sont divisés en de nombreux groupes territoriaux dont les deux plus importants se trouvent dans le Kwilu et le Kasaï. Dépourvus de gouvernement centralisé, ils forment une soixantaine de petits royaumes de tailles variées comprenant plusieurs clans à la tête desquels se trouve un chef dont la fonction principale, religieuse, est d'être le médiateur entre des ancêtres Mvumbi, source de la fécondité et de la fertilité. Les masques maladie Mbangu, que l’on retrouve ailleurs en Afrique, sont bien connus des collectionneurs. Les masques africains maladie, sont là pour repousser les maladies, tant physiques que les maux de l’esprit. Ils exhortent aussi au courage devant l’affliction. Artafrica arts africains, membre de l’association des antiquaires de Pézenas, gère une exposition d’arts africains de plus de 600 objets.

  • Les Songyé les Luba

    Originaires du Shaba en République démocratique du Congo, les Songye sont apparentés aux Luba, avec lesquels ils partagent des ancêtres communs. Ils vivent au Sud-Est du Zaïre. "Masque" en dialogue Songye se dit "Kifwebe". "Leurs masques restent très mystérieux quant à leur emploi. Fabriqués en brousse, loin des regards, ils sont consacrés au cours d'une cérémonie secrète où l'esprit doit prendre possession des nouveaux masques. Ils sont réservés à des notables ayant subi une initiation. "L'Afrique Noire" de Laure Meyer, 1991, éditions Terrail) Ces masques sont recouverts de stries parallèles inspirées du pelage de certains animaux, comme les zèbres ; les Songye leur accordent une grande importance mythologique. Une crête surmontant le masque indique un masque masculin. Plus elle est grande, plus le potentiel magique et la puissance mystique du personnage masqué sont importants. Ces masques interviennent pour les initiations, les circoncisions, les funérailles, pour rendre la justice et avaient la réputation d'effrayer les ennemis en cas de guerre. Les Luba croient (depuis bien avant l’arrivée des premiers colons accompagnés des jésuites) en un Dieu unique qui se présente aux hommes sous la forme d'esprits multiples. Dieu s'exprimant par 3 esprits primordiaux le Verbe, le Geste et le Souffle.

  • Les Tchokwé

    Les Tchokwés (ou Tschokwe ou Chokwe) sont un peuple d'Afrique centrale et australe, surtout présent en République démocratique du Congo et en Angola, et à un moindre degré en Zambie. Quelques milliers vivent aussi en Namibie. Ils sont un peu moins de 1 million. Ils sont connus pour leurs masques aux yeux bien caractéristiques et à patine brillante. Ils cultivent le manioc et le maïs par brûlis, font pousser aussi le chanvre et le tabac et pratiquent la chasse et la cueillette. Souvent, plusieurs masques d’ancêtres apparaissent au cours de l’initiation des garçons (mukanda) et des filles (ukule), qui sont pris en charge par les initiés des sociétés initiatiques. Il existe également une société de chasseurs, importante en raison de la place économique prise autrefois par la chasse à l’éléphant. Certains sculpteurs tchokwe professionnels fabriquent alors pour la population des figurines ou des étuis sculptés destinés à contenir des charmes magiques. D’autres se mettent à la disposition des chefferies et sculptent des objets usuels ou des figurines dont la fonction n’est pas seulement utilitaire mais doit valoriser les notables auxquels ils sont destinés. Les Tchokwe produisent aujourd’hui de nombreuses sculptures féminines, masques ou objets usuels à motifs féminins. Ils ont aussi des masques de danse (pwo et tshihongo) représentant la fécondité féminine ou la richesse masculine.  

  • Les Vili les Yombé

    Les Vili et les Yombé sont très proches. Ils vivent sur le littoral de la République du Congo. Les Vili et les Yombé sont de religion Traditionnelle africaine. Ils ont produit de nombreuses sculptures de maternités et de fétiches à miroirs et à clous. L’expression des visages peut sembler agressive avec des bouches ouvertes laissant apparaître des dents aiguisées en pointes. Ce type de représentation faisait seulement référence à d’anciens canons de beauté autrefois en vogue au Congo. Ils ont peu de masques africains. Yombé et Vili sont deux peuples issus des ancien Royaumes Kongo. Artafrica arts africains, membre de l’association des antiquaires de Pézenas, gère une exposition d’arts africains de plus de 600 objets.

  • Metoko Arts Africains

    Extrait du site : Espace Mituku : « Représentés dans les différents objets culturels, masque, figurine et sculpture qu’on appelait « Kakongo », les Metoko et les Lengola, quoique peuplades sauvages de la forêt, croyaient tous en Dieu créateur. Ce Dieu pour eux était conçu comme premier ancêtre ou comme héros culturel. C’est l’héritage de la croyance du peuple Lega qui est transmis aux autres peuples issus de son lignage. La croyance dans l’esprit de la nature était assez développée. Mais la référence des ancêtres pour atteindre Dieu était la plus importante. Leur culture était au centre de l’activité religieuse. Ceci n’était pas sans relations avec la structure sociale segmentaire. Chaque individu pouvait invoquer l’esprit de son lignage majeur dans son village. Il invoquait aussi ceux de son oncle s’il se trouvait dans le village de celui-ci. Parmi les rites de passage, seuls ceux de la croyance méritaient êtres mentionnés, par exemple le « Tshoo » des Metoko. Mais ces rites étaient assez simples et ne comportaient guère d’enseignement ésotérique comparable à celui de la région Balese-Komo. La circoncision metoko et lengola était plus liée au « Kota » qui dirigeait les opérations et surveillait les garçons. Le rite complet ne durait pas plus de trois mois, tant chez les Bembe que chez les Lengola ou chez les Metoko. Par contre chez les Binja-nord, les cérémonies étaient de même nature mais duraient jusqu’à cinq mois... »

  • Statuettes masques...

    Autres ethnies de la République démocratique du Congo. Artafrica antiquaire d'Arts africains de Pézenas, gère une exposition de plus de 900 objets, masques africains, maternité, reliquaires, fétiches et autres.

  • Suku Yaka Arts Africains

    L’art statuaire et le masque des Suku et des Yaka. Les régions des peuples Suku se situent à la frontière entre la République Démocratique du Congo (ex Zaïre) et l'Angola Les Suku peu nombreux (80 000 à 100 000 individus) peuplent deux petites régions s'étend sur les plateaux dominant les vallées fluviales très encaissées qui caractérisent toute cette partie située entre le fleuve Congo et la rivière Kwilu. (Les Suku et les Yaka se sont scindés suite à chute de l’empire Lunda-Chokwe au XIXe siècle. Les Suku rassemblent aujourd’hui environ 400 000 personnes.) Si les langues des Yaka et des Suku sont différentes, ils ont une culture très proche car les populations sont vraiment en contact les unes des autres. Ils possèdent les mêmes institutions, la même typologie d'objets et partagent le même environnement. Historiquement ces deux peuples sont liés depuis le XVIIe siècle avec le souvenir vivace d'appartenance à une même terre d'origine. Ils se sont en effet déplacés depuis le pays Lunda et ont migré vers le Nord afin de fuir une soumission aux Lunda. Leur société est très structurée avec, pour la famille, une segmentation en lignage dont le chef exerce une réelle autorité (jusqu'au droit de vie et de mort). Leur organisation politique est aussi pyramidale du village au chef de plusieurs villages, au chef de région jusqu'au chef suprême (le Kyambko chez les Yaka et le Menikongo chez les Suku) auquel on doit tribut. De par la proximité de ces peuples et de leur culture, il sera intéressant d'examiner des statuettes de divination et plus encore les masques liés aux sociétés d'initiation (semblables dans leurs pratiques) : lenkanda chez les Yaka et le mukanda chez les Suku. Source Wikipedia

  • Téké Arts Africains

    L’art statuaire et les masques du Peuple Téké. Les Tékés sont établis dans à peu près toutes les provinces de la république du Congo. Une partie des Tékés vivent à l'ouest et l’est de la République du Congo et minoritairement au sud est du Gabon. Autrefois, ils étaient plus souvent appelés Batéké.